CR du 31 juillet « Commission Monnaie locale »

1/ CR dernière réunion du 31 Juillet 2014

1-1 Quelle banque ?
Pour ma part, la question était de trouver la banque la plus solide en cas de crash financier tout en restant proche de nos valeurs : Le Crédit Mutuel est loin devant la Nef et au Crédit Coopératif (ces deux derniers étant toujours dans le giron gestion de BPCE / Natixis…)

Le Crédit Mutuel est une société de personnes et non de capitaux, indépendante et non coté en bourse.

Elle est géré par 24.000 administrateurs bénévoles

Elle a été élue meilleure banque de l’année pour la deuxième fois consécutive. Cf leur rapport financier en pj.

créée en 1882, est la première banque des associations en France (350.000 assoc.)

seule banque à être bien notée par les agences de notations internationales S&P, Moody’s, Fitch, etc.

Ils mettent à disposition gratuitement son service juridique et fiscal pour la bonne gestion des assoc. clientes.

1-2 …….. Je propose que chacun complète avec un petit résumé de son intervention

1-3……..

1-4 Récap de nos motivations respectives pour le lancement d’une MLC (on peut toujours le compléter)

– Autonomie économique et financière

– Prise de conscience

– Intérêt de communiquer sur ce qu’est une monnaie en général

– Solidarité entre tous les acteurs locaux

– Créer du lien entre les personnes

– Relocaliser l’activité

– Nourrir le territoire

– Concrétiser, réaliser, à notre échelle

– Fédérer autour d’un projet éthique

1-5 Contact avec les MLC existantes

Chacun prend contact avec une MLC qui fonctionne et utilise la grille d’entretien de Patricia

Fin de l’ébauche du CR de réunion

————————————————————————-

2 / Résumé du contact téléphonique avec Andrea Caro-Gomez – une des fondatrices du Sol-Violette Toulouse.

Andrea est aussi membre de Ecosol et propose des formations et accompagnement à la carte pour aider à lancer une MLC.

Elle est déjà intervenue pour le lancement d’autres MLC et possède un bon capital réussite ainsi qu’une bonne connaissance des risques et échecs déjà rencontrés en France.

Elle propose pour commencer, une formation sur un week-end de deux jours – se déplace – pour former le groupe et donne une méthodologie éprouvée sur la conduite du projet avec l’ensemble des étapes.

Elle insiste sur la nécessité d’adapter le positionnement de la MLC au tissu local – économique et politique – et défini avec nous les différents paliers, les différentes variantes qui s’offrent à nous avant nos prises de décisions (dont nous restons maître quoi qu’il arrive…) c’est donc plus un rôle de conseil tout au long du projet qu’elle nous propose et non un formatage ou appartenance à un réseau, ce qui me parait très intéressant…

Ex : Lors de nos contacts locaux, Andréa nous conseille de ne placer l’argument économique qu’après avoir largement communiquer sur l’aspect éducatif et social ; ce fut un des facteurs d’échecs dans certains projets…gros travail pédagogique en vue !

Andréa et ses collègues sont à l’origine des trois ans de lobbying qui ont permis de faire avancer le cadre légal

Cf Journal Officiel du 1/8/2014 en PJ « joe 20140801 0176 0002 »
LOI n° 2014-856 du 31 juillet 2014 relative à l’économie sociale et solidaire parue au JO

D’après les projets en cours, elle pense que 25 MLC seront présentes en France et que 25 autres MLC seront au stade projet en 2015.

Ci-après son mail qui résume ce qu’elle m’a proposé au tél

+ 2 pièces jointes
§ « Prog Formations-Citoyennes »
§ « Prog Elus Formations- Citoyennes »

Qu’en pensez-vous ?

Voilà de quoi alimenter l’ordre du jour pour la prochaine réunion

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *